Pourquoi réparer son appareil de gros électroménager plutôt que de racheter du neuf ?

Main tenant une clé à molette devant un lave-linge

Est-il intéressant de réparer son gros électroménager tombé en panne ? Ne vaut-il pas mieux racheter un appareil neuf immédiatement ? Dans les lignes qui suivent, on vous aide à y voir plus clair au moment de choisir entre réparer et remplacer votre machine. Spoiler alert: le pari gagnant, c’est la réparation ;) 


Comment faire des économies, même hors garantie ?

Tout d’abord, faire le choix de réparer son appareil de gros électroménager plutôt que de le remplacer par un appareil neuf vous fait a fortiori économiser de l’argent, beaucoup d’argent.... 

 

Un appareil de gros électroménager neuf coûte 340 euros en moyenne. Une réparation à domicile se chiffre quant à elle à 120 euros environ, bien que ce prix puisse varier significativement selon les appareils et le type de panne considérés. Quoi qu’il en soit, c’est déjà diviser ses frais par 2

 

Pour autant, il a été démontré que la plupart des gens sont réticents à se lancer dans la réparation de leur appareil dès l’instant que cette réparation représente plus de 30% du prix d’un appareil de remplacement neuf (étude menée par l’Ademe en 2015 intitulée Réemploi, réparation, réutilisation), et on les comprend... 

 

C’est d’ailleurs pour cette raison que les tarifs de garantie proposés en magasin se trouvent généralement dans cette fourchette (entre 30 et 50% du prix du neuf). Et dans le cas d’un appareil couvert par une garantie évidemment, la question entre réparer et remplacer ne se pose plus, on appelle son service après-vente et hop, le tour est joué! 

 

Mais pas si vite...

 

Malheureusement, plus de 80% des pannes qui ont lieu concernent des appareils hors garantie (étude de l’Ademe réalisée en 2012, sur La Perception du SAV par le consommateur dans le domaine du gros électroménager), et ça les distributeurs l’ont bien compris...

 

C’est là que PIVR intervient: la visio est à 39 euros seulement, soit bien en-deçà du seuil critique pour lequel chacun est incité à remplacer plutôt que réparer son appareil, puisque ce tarif représente 11% du prix du neuf. En plus, il s’agit d’un prix unique: vous payez 39 euros, ni plus, ni moins, quel que soit l’appareil tombé en panne, qu’il soit couvert ou non par une garantie, et peu importe le problème que vous rencontrez. Et on vous offre avec tout ça la garantie du diagnostic en prime: si nos techniciens ne parviennent pas à trouver l’origine de votre panne, vous êtes automatiquement remboursé(e). 

 

Vous économisez donc 301 euros au total par rapport à l’achat d’un appareil de gros électroménager neuf.


Faire un geste pour la planète


Sur les 28 millions d’appareils électroménagers qui tombent en panne chaque année en France, moins de la moitié sont réparés (44% pour être précis selon une étude inédite sur les pannes rencontrées par les gros appareils électroménagers publiée par Murfy en 2019).

Ainsi, plus d’1,4 million de tonnes de déchets d’équipements électriques et électroniques (D3E) finissent à la déchetterie chaque année. L’électroménager à lui seul représente 920 000 tonnes de déchets annuels. Et s’agissant du gros électroménager, chaud et froid, en particulier, l’Ademe recensait près de 500 000 tonnes de déchets collectés en 2019, un chiffre en hausse constante ces dernières années (issu du Rapport annuel du registre des déchets d’équipements électriques et électroniques).


En faisant réparer votre appareil de gros électroménager plutôt que de racheter du neuf, vous réduisez donc considérablement la quantité de D3E produite. En outre, vous limitez les émissions liées à la fabrication, la commercialisation et la gestion de la fin de vie d’un nouvel appareil en conservant le vôtre, qui EST dans plus de 90% des cas réparable, et peut en réalité tenir 10 ans en moyenne (chiffre communément admis et cité par l’Ademe dans ses études, ainsi que par d’autres acteurs de la réparation). 

 

Tout cela à moindre effort


Certes, en faisant appel à un service après-vente classique, vous attendrez en moyenne 4 jours pour qu’un réparateur intervienne chez vous. Et au total 8 à 9 jours entre la prise de contact avec le service après-vente et le bon fonctionnement de votre appareil, ce n’est pas rien… 


*voir l’étude de l’Ademe réalisée en 2012 sur La Perception du SAV par le consommateur dans le domaine du gros électroménager


D’autant plus qu’il peut être compliqué de bloquer sa journée dans l’attente de la venue du réparateur, qui peut avoir du retard, ce sans même être sûr qu’il parvienne à identifier le problème et résoudre la panne du premier coup.


Tout cela, on le comprend chez PIVR! Et c’est précisément ce qui nous a fait opter pour le fonctionnement à distance, par visioconférence. Les pannes étant dans la grande majorité des cas faciles à adresser, VOUS pouvez manipuler vous-même votre appareil et réaliser les gestes simples qui permettront  de le remettre en état, en étant assisté(e) tout du long par nos coachs à distance. Aussi, cela vous permet de programmer une intervention facilement au jour et à l’heure de votre choix, sans avoir à poser votre après-midi pour une simple réparation de gros électroménager... Car une visio avec l’un de nos coachs dure en moyenne 40 minutes seulement, c’est dire à quel point réparer est un jeu d’enfant dès l’instant qu’on est bien accompagné(e) dans sa réparation, par des experts dans leur métier.


La visio, une tendance en plein essor ?

Et il est de nos jours d’autant plus facile de se lancer dans la réparation à distance que la visioconférence s’est considérablement démocratisée ces derniers mois, avec les confinements successifs et la généralisation du télétravail. Elle est ainsi complètement rentrée dans les mœurs en entreprises, mais également dans les usages personnels…

Aujourd’hui, près de 6 Français sur 10 (57,2%) pratiquent la visioconférence alors que vous étiez moins de 18% en 2015.


En plus de l’usage, c’est la fréquence d’utilisation qui a significativement augmenté : près d’un Français sur 3 (30,2%) s’est connecté en visio au cours des 7 jours précédents, c’est près de 24 points de plus qu’à la même période en 2015.


Parmi les plus fervents utilisateurs de ce nouveau moyen de communication, on trouve notamment les étudiants, et plus largement les 16-34 ans, avec une surreprésentation des personnes appartenant aux catégories socio-professionnelles supérieures et des foyers avec enfant(s) de moins de 15 ans. Mais nul doute que tout un chacun, quel que soit son âge, saura faire sien ce nouveau canal des plus ludiques et intuitifs ;) 

 

Moins qu’un effort, retrouver le plaisir de réparer

J’arrête de penser, je fais le vide et mon corps tout entier se retrouve engagé à travers mes sensations. Tous mes sens sont convoqués”. On vous cite ici les propos d’une ex-commerciale reconvertie en mosaïste, qui parlait des bienfaits pour elle des activités manuelles dans un article du Figaro publié en 2017.

 

Car oui, les activités manuelles renfermeraient des vertus thérapeutiques, et le bricolage de sa pompe de vidange ne ferait pas exception. Dans ce même article, Géraldine Canet, plasticienne et docteur en art-thérapie, parle de véritables “pouvoirs transformateurs du geste manuel”, qu’elle observe quotidiennement dans les ateliers qu’elle anime. «Le fait de “faire” amène une stimulation des sens et donc des affects, qui nous permet en un sens de “ déposer nos souffrances ” dans cette matière que nous travaillons”.

 

La réappropriation du geste, qui s’améliore avec la pratique régulière, est un autre élément extrêmement renarcissisant. Or, si on ne vous souhaite évidemment pas de faire face à des pannes à répétition, après une visio avec l’un de nos coachs, vous apprenez mine de rien beaucoup sur vos appareils, autant de savoirs qui pourront vous servir au prochain pépin. Car il y a un profond sentiment de fierté du fait de faire, de réparer soi-même. On se découvre de nouvelles capacités, et c’est aussi la satisfaction de voir le travail accompli qui conforte et encourage.

Cette passion de l’activité manuelle se révèle d’ailleurs dans les choix professionnels, comme le montre le livre du sociologue Jean-Laurent Cassely La Révolte des premiers de la classe (Arkhê Éditions). Il y observe que, selon les chiffres de l’Apec, 14 % des jeunes diplômés de niveau bac + 5 ou plus auraient entrepris une réorientation professionnelle dans les deux ans suivant l’obtention de leur diplôme. Environ 7000 d’entre eux choisiraient chaque année de se tourner vers les métiers de l’artisanat.

 

Plus concrètement encore, si “économiser de l’argent” demeure la principale raison (79%) invoquée pour effectuer des travaux de bricolage sur son véhicule, ce chiffre ne cesse de baisser ces dernières années, et la simple raison “parce que j’aime ça” était citée a contrario par près de 70% des répondants, soit une augmentation par rapport à 2012 (étude d'AutoPartsWarehouse.com menée en 2014 sur les réparations automobiles à faire soi-même).

 

«Dans un monde de vitesse qui nous échappe et de dématérialisation de tout pouvant entraîner une certaine anxiété, le retour à la matière est refondateur d’un rapport au réel, estime Géraldine Canet. Il permet aussi de revenir à soi, tout en pouvant partager avec les autres en situation de groupe”, ou le temps d’une simple visio PIVR avec l’un de nos coachs, tous plein de patience, de bons conseils et animés par l’envie de transmettre leur savoir-faire et de faire connaître au plus grand nombre le plaisir de réparer soi-même.

Si avec tout ça vous n’êtes pas convaincu(e) des bienfaits de la réparation, on ne sait vraiment plus quoi vous dire…