Un point sur… l’écoconception

Chez Pivr, nous voyons passer beaucoup de produits d’électroménager. Certains sont très facilement réparables, tiennent longtemps… et d’autres moins. Tout cela est dépendant d’un concept clé pour consommer durable : l’éco-conception.

L’éco-conception, qu’est-ce que c’est ?

L’écoconception désigne la prise en compte de l’environnement dans le développement de produits ou de services. C’est, en tant que constructeur, prendre des décisions éclairées conciliant ce qu’on veut réaliser comme produit et les impacts environnementaux associés.

C’est une approche en plusieurs étapes, qui englobe de nombreux critères d’impact environnemental, dont l’implantation en entreprise se déroule comme telle :

Dans ce cadre est réalisée une analyse le cycle de vie du produit, au regard des impacts environnementaux, et ce à chacune des étapes de la vie du produit.

Le cycle de vie désigne l’ensemble des étapes de la vie d’un produit, de la conception du produit à sa fin de vie.

Dans le cas d’un lave-linge par exemple, l’écoconception peut se retrouver dans l’utilisation de matériaux recyclés pour fabriquer le produit. Elle peut aussi se retrouver dans l’attention portée à la durabilité ou la réparabilité du produit, comme le lave-linge pensé par l’Increvable, ou à l’utilisation de matériaux recyclables, pour une fin de vie à un impact minimal.

L’écoconception a de nombreux bénéfices :

  • Des gains environnementaux certains : la préservation des ressources et de la biodiversité, la prévention de la pollution, la lutte contre le réchauffement climatique… Ainsi, à l’issue d’une démarche d’éco-conception sur un produit, il est courant de pouvoir constater des réductions d’impact environnementaux comprises entre 10% et 40%  pour plusieurs indicateurs.
  • Une meilleure connaissance du produit éco-conçu : l’éco-conception apporte des enseignements originaux et incite les constructeurs à envisager leurs produits sous de nouveaux angles.
  • De meilleures synergies au sein des équipes : pour éco-concevoir un produit, il faut une interaction entre de nombreux métiers de l’entreprise, ce qui rassemble les équipes autour d’un objectif commun, favorisant ainsi la collaboration.
  • Un impact positif sur le coût du produit : souvent, les premiers pas de l’éco-conception sont très faciles et peu coûteux à mettre en œuvre, par la réduction de la quantité d’énergie utilisée pour concevoir le produit par exemple. Cela peut aussi avoir des impacts positifs sur les prix des produits.

Comment savoir si mon produit est éco-conçu ?

Il respecte les normes européennes

Cuisinières, lave-linge, réfrigérateurs, lave-vaisselle…sont tous soumis aux normes européennes d’écoconception.

Ils doivent répondre à des exigences spécifiques soucieuses de l’écoconception, basées à la fois sur un respect global de l’état d’esprit de l’écoconception et sur des exigences spécifiques à chaque famille de produits, fixant des valeurs ou limites précises, de quantité minimale de matériaux recyclés devant être utilisés dans la fabrication des produits par exemple. :

La réglementation européenne impose également un étiquetage énergétique des produits, concernant à l’heure actuelle une vingtaine de familles de produits.

Pour s’assurer que son produit soit au moins en partie écoconçu, il suffit donc de l’acheter au sein de l’Union Européenne et de regarder attentivement son étiquette !

Les autres indicateurs

Des outils publics ou privés, comme les écolabels, peuvent pousser les entreprises à sauter le pas de l’écoconception. Repérer ces labels peut aider à savoir si son appareil est issu d’une démarche d’écoconception.

Des prix sont également régulièrement décernés au niveau national et européen pour les constructeurs les plus soucieux de l’éco-conception. Observer les produits qui obtiennent ces prix peut aider à adopter des modes de consommation plus responsables.

Cependant, les incitations à l’écoconception émanant du marché lui-même ne sont encore aujourd’hui pas suffisante, et la réglementation est encore trop peu contraignante pour impulser de véritables changements en profondeur.

En réalité, ce sont surtout des indices forts comme la durabilité ou la réparabilité du produit qui déterminent si un produit est conçu de manière responsable pour l’environnement. On peut par exemple trouver une liste de produits, conçus avec un souci de durabilité, et proposée par l’association Halte à l’Obsolescence Programmée, ici.

Pour aller plus loin :

Un rapport de l’Ademe sur l’allongement de la durée de vie des produits

Des indications du gouvernement et de l’association Pôle éco-conception

Anne et Julien de PIVR